Avec toi, sans toit

2642 jours de voyage au total... - 26.635 km parcourus - Rentrée en France depuis le 7 juillet 2012...
Rendez-vous le 15 décembre 2012
au Zazou Bar,
33, place de l'Albinque, 81100, Castres
!!! ;-)

Carnet de route

Partager

Etape par étape, vous pouvez suivre ici mon parcours ainsi que le récit de mes aventures...

le 16 Décembre 2011 à 15h50

 

- QUITO  -

 

 

 


de passage rapide à Quito pour monter en Colombie. Et oui, c'est plus facile depuis la Capitale ;-)

 


Visite du centre historique et du Quito moderne, musées, belle expo à la casa de la cultura, parcs, marchés, églises....   Quito est très différent de la côte. En même temps c'est un peu idiot ce que je dis....c'est comme si je comparais Paris et Narbonne.

 

 


Et une belle rencontre, sur le trottoir, sous la pluie : Pilar, actrice et directrice de théatre à Quito, avec qui j'ai partagé un taxi faute de bus et à cause de la pluie, qui sortait d'un RdV avec la municipalité pour produire une pièce de théatre avec des non-voyants.... accepté !
Beau projet, belle rencontre....

 

 

 

 

 

 


le 16 Décembre 2011 à 14h43

 

 J'ai appris aujourd'hui que ma petite soeur était officiellement "fiancée" smiley.

 

Attendez-moi !!!!!!!!!

 

Je voulais juste leur faire d'énormes gros bisous plein d'amour et leur souhaiter tout ce qu'on peut souhaiter de meilleur à sa piti soeur et à son chéri ;-).

Alors gros bisous à toi Fofi et aussi à toi Johan qui prend la relève familiale (merci Johan, je dirai 3 paters pour toi tous les soirs lol).

 

************

 

J'ai pas intérêt à rentrer trop tard l'été prochain car c'est mon 2ème mariage wink

Non, non, non et non je ne dirai rien !!!!!

Et n'essayez pas de m'envoyer des cadeaux à l'adresse suivante pour me soudoyer, ça ne marchera pas : caroline BONET, quelque part au Guatemala (antigua).

Indice 1 : ce n'est pas moi ;-)

 

 

 


le 13 Décembre 2011 à 4h14

 

Ballades, WE et sorties ;-)

 

 

 

 

 

Quelques p'tites soirées à Atacames....

 

 

 

Et de longues heures chez Anna qui prépare les meilleurs jus de Maracuja et les meilleures pizza d'équateur ;-)

 

 

 

et.... 

 

 

 

Samé

 

Pique-nique sur la plage de Samé avec Anna et ses amis.

Une belle journée malgré le vent !

Et la première fois que je montais à 14 dans une voiture  loool

 

 

 

 

 

 

 

Laguna de Cube - Quinindé

 

Petite pause WE : je pars 2 jours à Quinindé. Debout 4h, un appareil photo, du répulsif pour les mosquitos... et c'est parti !

 

La Laguna de Cube (prononcer "coubé") est une réserve écologique de 113 hectares. C'est un lac à l'extrémité sud-est des montagnes Mache-Chindul dans la région du Chocó, caractérisé par un écosystème lacustre composé d'une masse d'eau permanente et d'une superficie étendue de marais et de zones inondables. La réserve abrite 23 espèces de mammifères, 40 espèces d'oiseaux et 11 de reptiles.

 

3h de bus plus tard j'appelle mon contact (j'ai toujours rêvé de dire ça, ça fait un peu  mission secrète hein ?!). Il est censé récupérer un groupe d'une 20aine de personnes et passer me prendre ensuite. Finalement il arrive seul, le groupe a annulé. Je me retrouve donc 2 jours avec mon guide perso ;-) la classe. Nous prenons un premier bus qui contient bien le triple de personnes autorisées, normal quoi.... qui nous dépose au bord d'une nationale et au lieu de faire une heure de piste en chiva ou en 4X4, nous partons avec.... la moto de Juan, le guide !

Nous v'là parti pour une heure de piste, sans casque bien sur, au milieu de la réserve, et avec une moto qui a "beaucoup" vécu.

Le trajet est long et la piste bien cabossée !  Mais les paysages sont magnifiques et l'idée de faire de la moto avec le guide au milieu de la réserve de Cube me fait vite sourire et oublier mes fesses endolories et mes neurones qui jouent du trempolin ;-)

 

Aprés avoir jeté mon sac et pris un bon pti déj, je repars avec Juan en moto direction la grotte aux chauve-souris ! Autant dire qu'il faut pas être claustro ! pour accéder à la grotte il faut s'enfoncer un peu dans la forêt puis descendre à l'aide d'une échelle en bois et des lianes, et enfin rentrer dans la grotte à 4 pattes. Obscurité totale, des centaines de chauve-souris qui s'agitent et nous frolent et des bruits inconnus (et flippants !) ! On peut les observer grace à une lampe torche (les chauve-souris bien sur...pas les bruits).

 

Re-ballade à moto, petite ballade à pied pour arriver à......... whaaaouuuuu.... ça !

Aller...... un plouf ;-) plouf glacé mais plouf quand même !

 

Ballade en barque sur le lac..... point de caïmans à l'horizon mais un moment pur et reposant.

 

Le centre est une habitation en bois au milieu de la jungle (mais la gentille jungle, pas celle de Tarzan). C'est en s'éloignant de la piste que ça devient plus dense. Le centre est super agréable, les gens accueillants mais l'organisation du WE a été mal géré et je n'ai pas pu, par exemple, visiter la ferme intégrale.... dommage !

Je crois que ce que j'ai préféré ce WE là c'est les cris des animaux à la tombée de la nuit et au levé du soleil..... les singes, les oiseaux et ? ceux que je n'ai su définir.

 

 

 

 

 

Muisne

 

Ballade dans une barque de pêcheur à Muisne.

 

 

Puis visite de Muisne et ballade sur la plage avec Viviano et ses amis.

 

 

 

 

 

 

 

Chicalpamba

 

 Un WE de 3 jours, c'est l'occasion de partir pour la vallée de l'Imbabura, dans une communauté Quichua, dans les montagnes (à 2500 m d'altitude) au nord de Quito. 

La communauté Chilcapamba offre la possibilité de découvrir une région d'Equateur au contact des gens qui l'habitent, de découvrir leur mode de vie et leur environnement, en séjournant chez l'habitant (tourisme équitable et solidaire).

 

Chilcapamba est une communauté indigène Quichua, elle est située à 45mn du célèbre marché artisanal d'Otavalo, à deux pas de la laguna Cuicocha (lac Cuicocha) et dominée par les volcans Imbabura et Cotacachi.

 

Aprés une autre aventure en bus (censé arrivé à 7h du mat' à Ibarra mais qui me lache en réalité à 3h du mat' au milieu de ??? rien !!!), je passe la journée à Ibarra.

Je viens de la "côte" où il fait chaud et sec, et là, c'est les montagnes ! Il fait un froid incroyable et il pleut.

 Ibarra est une ville agréable, plutôt tranquille, où se cotoient indigènes et citadins.

 

Je descends sur Otavalo, puis à Quiroga. Arrivée à la communauté sous une pluie battante, je suis accueillie par la famille Morales comme un membre de la famille.

Assis prés de la cheminée pour se réchauffer un peu, nous préparons le repas ;  j'écoute Mme Morales me conter sa vie, la vie de la communauté... Petit à petit le reste de la famille arrive...  Nous nous rentrouvons vite à une 10aine autour du feu. Il pleut, il fait froid...mais c'est pas grave, c'est juste un grand moment de partage et de bonheur où tout le monde discute, rit ;  il reigne une chaleur et une séreinité que je n'avais pas rencontré depuis bien longtemps ! j'ai jamais autant aimé éplucher des patates et égréner du maïs que ce jour là, assise sur un rondin de bois dans une cuisine en terre battue avec une famille Quichua en habits traditionnels !  

 

En journée, visite du célèbre marché d'otavalo (marché aux animaux, marché alimentaire et marché artisanal) puis ballade jusqu'à la cascade de Peguche, ballade à cheval jusqu'à la ferme aux Alpaga, accompagné par le doyen de la communauté qui nous conte bien des histoires en chemin. En soirée, tout le monde se retrouve auprés du feu pour préparer le diner, discuter, m'apprendre des mots en Quichua ;-), préparer des galettes de mais dans la cheminée ou encore une sublime soupe avec les légumes du jardin.

 

Anecdote  : lors de la ballade à cheval, en haut de la montagne, le doyen nous disait bien que le temps se gatait et qu'il ne fallait pas trop trainer....... trop tard ;-) Nous faisons le chemin du retour sous un vrai déluge, avec orage et tout le touin touin, les chevaux qui s'affolaient et mes chaussures transformées en Aquarium... arfffff ! 

Trempés et gelés est un euphémisme !  A notre arrivée il n'y a plus de bois.  Mr Morales fait sécher des branches d'eucalyptus pour que je puisse secher mes vêtements et mes chaussures avant de repartir !

 

J'ai adoré : préparer des galettes dans la cheminée le matin au pti dej, discuter devant le feu en buvant des tisanes, m'endormir en écoutant les grenouilles, écouter les histoires de la communauté et comprendre au bout de 10mn de conversation que Woua-Woua (en Quichua, langue amérindienne proche du quechua,) ne veut pas dire chien... mais bébé laugh.

 

 

La Communauté de Chilcapampa vit toujours selon les coutumes quichua et développe un projet de tourisme solidaire et d'écotourisme.

""" Le projet de tourisme est né il y a dix ans, avec la volonté d'ouvrir la culture indigène à travers l'accueil et l'échange.
Grâce aux revenus et emplois que ce tourisme peut générer, la communauté essaye aussi de stopper l'exode des jeunes vers les grandes villes, véritable menace pour la transmission des savoirs ancestraux."""

La communauté travaille aussi avec une association française qui envoie des bénévoles pour aider les enfants en difficulté.

J'ai rencontré chez les Morales, Delphine et Rémi qui étaient là pour 6 mois.