Avec toi, sans toit

3245 jours de voyage au total... - 26.635 km parcourus - Rentrée en France depuis le 7 juillet 2012...
Rendez-vous le 15 décembre 2012
au Zazou Bar,
33, place de l'Albinque, 81100, Castres
!!! ;-)

Carnet de route

Partager

Etape par étape, vous pouvez suivre ici mon parcours ainsi que le récit de mes aventures...

le 14 Octobre 2011 à 7h10

 

 

                                                              


le 14 Octobre 2011 à 7h02

   Lundi 10 au mercredi 12 octobre            - Sucre -

 

 

Uyuni  Sucre 

Départ de Uyuni dans un bus dison, heu....comment dire.... avec juste des fauteuils et des roues (ce qui n'est déjà pas mal me direz-vous, pour un bus Bolivien).

Il est 19h, il fait déjà nuit certes mais il n'est QUE 19h. Le chauffeur fait 200m et éteind la lumière. Voila, ça pose le décor pour les 10h de bus à venir : plus de lumière dés 19h, pas de lumière au-dessus des sièges, pas de WC et cerise sur le gâteau, un film sans son lol.

Par la force des choses tout le monde s'endort. Heureusement pour moi la journée a été fatiguante et la nuit précédente très courte.... no stress, je vais dormir.

C'est vrai. Mais c'était sans compter sur le 2ème film avec le volume à fond à 22h30 ! Mouarrrchhhhhhhhhhhhhh ! Et puis pas une petite comédie sympa....nan nan nan... un bon film avec des cris et du sang Pfffffffff !

Changement à Potosi. On s'arrête et on attend le bus qui va à Sucre ; il est 1h du mat'  (on sait pas nous dire combien de temps, 1/2h, 1h, 2h....). Je me rappelle avoir longuement discuté avec la dame de l'agence en lui disant que j'exigeais une place numérotée pour être sure d'avoir un siège étant donné que c'était une grande ligne et pas un colectivo. En effet, j'avais un siège.... dans le premier bus !

Mais qd le 2ème bus arrive, les gens sont bien installés et endormis. On se retrouve donc à 2 au milieu du couloir, le chauffeur qui s'en fou éperduement part comme un dingue.

Et là....c'est trop !!! Je rappelle le bonhomme en lui expliquant qu'on a nos billets, y'en a marre du Surbooking etc... Qu'il se débrouille, il me met où il veut mais il est hors de Q° que je me tape 4h de bus, de nuit, debout. Il fait lever des gens pour en faire assoir d'autres. Je refuse. ça devient un vrai bordel ! Je lui demande d'aller m'asseoir avec eux, devant. C'est plutôt cool en fait. Mais ça dure pas... je sais pas comment il se débrouille, au final on est tous assis (sauf 1). Je comprends alors que ce n'est pas à moi de choisir et qu'il n'est plus question de discuter. Je me tais, je m'assois....et je m'endors.

Arrivée à 5h du mat'  à Sucre je reste dans le hall du Terminal. C'est tjrs plus sûr car relativement bien surveillé. On est 5 pelés dont le jeune qu'on a fait se lever pour me laisser sa place, un monsieur que j'avais croisé en attendant le 1er bus, et moi.  Bruno (qui a finalement dormi dans le couloir du bus) est brésilien et Eric est Israélien. On se cale tous les 3 en attendant une heure décente pour quitter le terminal et trouver une auberge.

7h - Hotel Popayan Backpackers - on prend une auberge ensemble, on jette nos sacs / gros pti déj en ville et visites, balades.

 

Pour la p'tite histoire...............

En 1991, Sucre devient patrimoine de l'Humanité a l'UNESCO. Des milliers de touristes sont attirés chaque année par cette capitale du baroque aux blancs édifices datant des XVIIIe et XIXe siècles .

 

Elle est devenue une ville universitaire importante et héberge de nombreux cabinets d'avocats et de notaires, en raison notamment de sa qualité de siège de la Cour Suprême bolivienne.

Elle est aussi le siège d'un évêché catholique et possède une cathédrale.

Le muséo de La casa de La Libertad retrace l'histoire de la Bolivie (avec le guide forcément, ça devient intéressant). Edifice devant lequel les indigènes de Tipnis faisaient un seating.

 

 

 

               El Mercado central nous rappelle combien Sucre est cosmopolite.

Comme dans toutes les autres villes (ou villages) on trouve de tout sur le marché mais rien n'est "couvert ou réfrigéré". Ainsi se succèdent les étals de viande, légumes, épices, empanadas et autres gourmandises, gâteaux à la crême très kitchs, fromage et trucs qu'on ne (re)connait pas....  Malgré les recommandations du Lonely on préfère ménager nos estomacs et ne pas y rester pour manger.

 

 

 

 

 

 

Départ prévu Mardi à 19h30 pour La Paz.

 

prévoir, verbe transitif

Sens 1 : imaginer ce qui doit arriver.

Sens 2 : envisager, planifier.

 

J'avais donc prévu, envisagé, planifié (et acheté mon boleto) de partir Mardi soir mais c'était sans compter sur la manifestation des Mineros à La Paz qui ont bloqué les routes.... En soit c'est pas très grave. Je râle juste de l'apprendre en arrivant au terminal, 1/2h avant le départ prévu du bus, chargée comme une mule et obligée de repartir en ville chercher un hôtel.....et de perdre un jour.

 

2ème départ prévu mercredi à 19h30 pour La Paz...............

 


le 14 Octobre 2011 à 3h53

 

  Enfin  Dimanche 9 octobre  !

 

 

        Avant de partir en quête d'un guide pour le Salar de Uyuni et d'un billet de bus pour repartir le soir même direction de Sucre, pti déj sur des tables en sel, c'est assez surprenant !

 

Pour la p'tite histoire : le gérant de l'hôtel me parle de la France et après m'avoir servi un café, me fait signe d'attendre. Ok.... j'attends, en buvant mon café. Il revient tout fier et me met un CD d'aznavour, Joe Dassin, etc...  

Me voilà donc à 7h du mat' à Uyuni, 4° maxi dehors et pt-être 15° dedans, à faire mes tartines en écoutant des chansons d'amour en français, puis en espagnol s'il vous plait !  ça.... si c'est pas un grand moment de solitude wink.

 

 

 

Journée au Salar de Uyuni (désert de sel) avec une équipe de choc ! Et Nesto(r) notre guide.

 

Uyuni est une petite ville sans grand intérêt  touristique, souvent décrite comme une ville fantôme, une ville dortoir pour les touristes qui partent en Treck au Salar.

De grandes avenues désertes et poussiéreuses sont balayées par des rafales de vents glaciaux de l'altiplano, des agences de voyage se succèdent dans les rues principales et un marché local sur la place centrale semble sortir du décor.

 

On quitte la ville en 4X4 pour rejoindre le salar. Vaste pleine désertique et, en fond, les volcans.

 

 

 

  Avant d'entrer dans le Salar à proprement parlé, arrêt "touristique" oblige.... 

 

aprés qq km de piste la vaste étendue de sel commence à se dévoiler. Comment dire.... juste Wahou !

 

 

Un véritable spectacle lunaire. Situé à 3700 mètres d'altitude, ce désert de sel de 12 500 km² résulte de l'assèchement d'un lac d'eau salée. Qq volcans comme ici le volacan Tupuna en fond de toile..... rendent le paysage époustouflant               .

            Isolée dans ce désert salé, Incahuasi, une île de corail entièrement couverte de cactus                     

 

 

          Sur le trajet du retour, Nesto(r)  arrête le 4X4, nous fait descendre, plonge la main dans un des trous d'eau et en sort de superbes cristaux de sel  !

 

 

 

 

 

 

Sur le chemin du retour, on s'arrête au "Cementerio de trenes". Ainsi se succèdent sur plusieurs centaines de mètres de vieux trains abandonnés, héritage du temps des trains à vapeur.

 

 

 

 

 

Retour à Uyuni - juste le temps de récupérer le sac et de sauter dans le bus de nuit pour Sucre.